L’homéopathie sur le devant de la scène

À l’heure où 34 % des Français placent l’homéopathie au même niveau d’efficacité que l’allopathie pour traiter la grippe (Sondage réalisé par l’Institut BVA pour la CNAM), l’homéopathie est désormais perçue par une partie des Français comme une alternative crédible.

Prenant de plus en plus d’importance et connaissant des enchevêtrements dans ses normes, la Commission européenne a choisi de faire un peu le ménage.

Par un projet de définition de normes de pratique et de prescription de l’homéopathie, la Commission européenne veut harmoniser le statut et la place de l’homéopathie dans les 28 pays de l’Union européenne. Car, aujourd’hui, c’est un véritable champ de bataille.

Le 1er février 2014, le Syndicat National des Médecins Homéopathes de France est désireux de relever ce défi en imposant qu’ils soient les seuls à pouvoir prescrire l’homéopathie.

Cette position sur l’homéopathie médicale est portée, au niveau, européen par l’European Commitee for Homeopathy (ECH) qui regroupe plus de 40 associations de médecins homéopathes – représentant environ 45 000 médecins ayant une qualification en homéopathie - dans 25 pays de l’Union européenne, signale le syndicat.

Si cette mesure prend effet, nous sommes déjà en droit de nous demander si cela veut dire que les pharmaciens ne pourront plus vendre librement de l’homéopathie. Ils auront forcément besoin d’un prescripteur ! Cette interrogation existe pour le moment.

P.-S.

CELTIPHAM